Tel: +49 (0) 8432 / 87-0

La durabilité a un prix

Ernst-Abbe Sportfeld, Jena

Aujourd’hui, tout le monde veut se comporter et vivre de façon durable. Mais qu’est-ce que la durabilité ? S’agit-il seulement de prendre soin de nos ressources naturelles ? Ou y a-t-il d’autres facteurs à prendre en compte ? Entretien avec Mathias Schwägerl, Directeur de Polytan GmbH, au sujet de la durabilité des sols sportifs synthétiques.

Stadionwelt : Monsieur Schwägerl, Polytan commercialise entre autres des gazons, des pistes d’athlétisme et des sols antichutes synthétiques. Est-ce vraiment durable ?

Mathias Schwägerl : Si on parle de nos systèmes de revêtement sportif, alors oui, évidemment. Nous considérons les aspects environnementaux de nos produits depuis des années déjà. Et ce, du développement à l’installation et à l’entretien, en passant par la production. Nous avons fait beaucoup de progrès à cet égard lors de ces dernières années. Mais pour moi, la durabilité représente bien plus que le seul fait de prendre soin de l’environnement.

Stadionwelt : Que voulez-vous dire par là ?

Mathias Schwägerl : La durabilité revêt aussi des aspects sociaux. Par exemple, un terrain en gazon synthétique peut être utilisé par les sportifs tout au long de l’année. Et ce, 24 heures sur 24, en théorie. Nous permettons ainsi

á de nombreux sportifs de s’entraîner au lieu de rester bloqués dehors. Dans les zones urbaines, les habitants sont nombreux à vouloir faire du sport sur de petites surfaces. Ils ont donc besoin d’alternatives au gazon naturel ou à la terre battue. Aujourd’hui, 77 pour cent de la population vit déjà dans des grandes villes et leurs banlieues. Et cette tendance est en hausse. D’après l’Office fédéral allemand de la statistique, seuls 15 % idem des Allemands ont leur résidence principale dans des communes comptant moins de 5000 habitants. Les prévisions indiquent qu’à l’avenir, jusqu’à 85 % de la population vivra dans des centres urbains. L’agglomération berlinoise à elle seule a vu sa population augmenter de 280 000 habitants entre 2015 et 2020. Lorsque l’on regarde ces chiffres, on se rend vite compte qu’il est impossible d’avoir une offre sportive assez large pour tout le monde sans gazon synthétique, et ce tout simplement par manque de place pour des terrains en gazon naturel. Grâce au fait qu’il soit praticable beaucoup plus souvent, un terrain en gazon synthétique peut remplacer trois, voire quatre terrains en gazon naturel. Et ce, pendant de nombreuses années. De plus, les installations sportives sont des lieux de rencontre et ont donc une signification importante pour les gens. Rien qu’un exemple : nous avons fait don d’un petit terrain à un village solidaire pour personnes défavorisées dans une petite ville près de Bergame. La Lombardie a énormément souffert au début de la pandémie de coronavirus, et nous voulions donner un peu de joie aux habitants. L’installation se trouve à Lurano, elle est ouverte à tous et est devenue un lieu de rencontre central dans la ville. Des gens qui ne s’étaient jamais parlé s’y retrouvent désormais. Ça aussi, c’est durable.

Stadionwelt : Parlons de vos produits. Vous dites que les produits de Polytan sont plus respectueux de l’environnement depuis des années. Peut-on être respectueux de l’environnement avec du plastique ?

Mathias Schwägerl : Je me refuse à considérer le plastique comme n’étant pas respectueux de l’environnement par définition. Le monde actuel et ses progrès n’existeraient pas sans le plastique. Il existe des plastiques qui sont utilisés pendant longtemps. Certaines parties de nos pistes et de nos terrains en gazon synthétique tiennent pendant des décennies et sont recyclables. D’autres plastiques, comme les déchets d’emballage et le microplastique dans les produits cosmétiques, ne sont utilisés qu’une seule fois et atterrissent, dans le pire des cas, directement dans la nature. Je pense qu’il faut distinguer très clairement les plastiques qui représentent un investissement des plastiques fabriqués pour un usage unique et qui n’ont qu’une très courte durée de vie.

Stadionwelt : Utilisez-vous malgré tout des matières premières fossiles pour la production de vos produits ?

Mathias Schwägerl : Nous avons déjà bien progressé sur la voie des alternatives, d’ailleurs, nous en proposons déjà certaines. Nous sommes les seuls à proposer un gazon synthétique neutre en carbone produit à partir de matières premières renouvelables. Nous utilisons les restes des récoltes de canne à sucre qui ne peuvent plus être transformés en sucre pour produire le granulat destiné à nos gazons. Autrement dit, nous transformons des déchets organiques en gazon synthétique. Notre LigaTurf Cross GT zero a déjà été installé. Les sportifs sont très satisfaits de sa performance. De plus, à partir de maintenant, nous allons intégrer jusqu’à 20 % de granulats recyclés dans certains de nos systèmes de gazon synthétique. Par ailleurs, notre système de gazon synthétique LigaTurf Cross GTR est le premier à allier des matières premières biosourcées à des matériaux recyclés.

Stadionwelt : Les clients font-ils honneur à cet engagement ?

Mathias Schwägerl : J’ai la ferme conviction que ce sera le cas à moyen terme. Mais la durabilité a un prix. Laissez-moi vous citer deux exemples venant d’autres secteurs : les gens sont de plus en plus enclins à dépenser plus d’argent pour des produits alimentaires haut de gamme. Tesla a bouleversé tout le secteur automobile en défendant une idée cohérente. Les clients achètent des voitures chères, même s’ils n’ont que des inconvénients en termes de vente et de service après-vente. Ils veulent faire partie d’un mouvement durable. Chez nous, lorsqu’un client choisit un GT zero, il n’a aucun inconvénient et reçoit un produit neutre en carbone fabriqué à partir de matières premières renouvelables et qui répond à tous les critères d’un gazon synthétique moderne. Nous déployons énormément d’efforts dans le développement et la certification de nos produits, et nous sommes consciemment sortis de notre zone de confort. Dans notre secteur, nous nous voyons comme des pionniers de la durabilité et désirons le rester à l’avenir. Bien sûr, je souhaite que cet effort soit récompensé par les clients et que les aspects environnementaux soient davantage pris en compte dans le cadre des appels d’offres publics. Malheureusement, en réalité, ce n’est pas encore assez le cas, même si, aujourd’hui, les politiques appellent à aller dans ce sens.

Stadionwelt : Vous dites que la durabilité a un prix. Le gazon synthétique est-il plus cher ?

Mathias Schwägerl : Il existe deux facteurs qui font augmenter le prix du gazon synthétique. Le premier concerne le secteur entier et toutes les industries manufacturières : nous assistons à une forte hausse des prix des matières premières qui est impossible à freiner. Le deuxième facteur concerne notre entreprise : nous avons beaucoup investi dans la durabilité de nos produits et nous croyons en cette idée. Mais la durabilité n’est pas gratuite. J’ai justement cité Tesla. Les clients ont salué l’esprit pionnier de l’entreprise. Je nous souhaite la même chose dans nos démarches.

Stadionwelt : Dernièrement, on entend dire de plus en plus que les anciens gazons synthétiques deviennent des déchets dangereux et difficiles à éliminer. Est-ce vrai ?

Mathias Schwägerl : Pour nous, un ancien gazon synthétique n’est pas un déchet, et encore moins un déchet dangereux. C’est une matière première précieuse qui peut entrer dans la composition de nouveaux produits. Outre les matières premières renouvelables, le recyclage constitue un enjeu majeur dans notre secteur. Lorsque l’un de nos gazons synthétiques arrive à la fin de sa vie après dix à quinze ans, nous pouvons le recycler à 100 %. À cette fin, Sport Group, notre maison mère, a fondé une nouvelle entreprise. FormaTurf recycle tous les composants du gazon synthétique. Le plastique sert à fabriquer d’autres produits, qui pourront être réutilisés par exemple dans la construction d’installations sportives. Le sable qui avait été utilisé pour le terrain est nettoyé et peut être réutilisé pour d’autres systèmes de gazon synthétique. Il représente tout de même á 70 % du poids d’un terrain. C’est ainsi que l’on ferme la boucle du circuit de recyclage. Nous sommes en mesure de proposer à nos clients ces méthodes de recyclage, également considérées comme les meilleures par de nombreux experts, dans le cadre du remplacement d’un ancien terrain.

Stadionwelt : Peut-on fabriquer un nouveau gazon synthétique à partir d’un ancien ?

Mathias Schwägerl : Tout est possible, mais ce serait une tâche immensément complexe. Le recyclage chimique nécessite énormément d’énergie et rejette de grandes quantités de CO2. Pour cette raison, nous avons opté, pour le moment, pour une autre solution. Beaucoup de nos produits seront à l’avenir composés de matières recyclées et, pour y arriver, nous utilisons entre autres des déchets plastiques de la vie quotidienne. Ainsi, un emballage plastique de courte durée de vie est transformé en un produit plastique durable de longue durée de vie.

Stadionwelt : Réduction du CO2, recyclage, matières premières renouvelables : vous êtes sur tous les fronts. Comment envisagez-vous l’avenir ?

Mathias Schwägerl : Comme je l’ai déjà dit, la durabilité a un prix. Nous espérons que les clients choisiront nos produits en pensant aussi à l’environnement. Nous prenons de gros risques, car nous sommes convaincus que nous faisons ce qui est juste. Nous avons déjà accompli beaucoup, mais nous avons encore un long chemin à parcourir.

Source: Stadionwelt; 09.02.2022, https://www.stadionwelt.de/news/34178/nachhaltigkeit-hat-ihren-preis

Share / Subscribe

vous pourriez aussi aimer

L’écoresponsabilité est primée
Le club VfL Sittensen a remporté le prix de la durabilité de la fédération de football de la Basse-Saxe grâce à une installation sportive entièrement écoresponsable. Polytan est partenaire du projet distingué. Lorsqu’une mission est fondée sur l’innovation, il ne peut y avoir que des gagnants. Le club VfL Sittensen récemment primé en est l’exemple […]
Entrée dans la célébrité : Polytan nommée marque du siècle
Un grand honneur pour Polytan. Le gazon synthétique – des marques Poligras et LigaTurf de Polytan – a été nominé « marque du siècle » par la maison d’édition Zeit Verlag. Nos clients savent apprécier la qualité, l’innovation et la durabilité qui sont de mise chez Polytan. Mais lorsque c’est un jury indépendant qui voit […]
The Surface – 45 ans d’histoire du hockey
Jamie Dwyer, Luciana Aymar, Tayyab Ikram, Ric Charlesworth et d’autres légendes du hockey témoignent dans « The Surface » De Montréal à Tokyo Alors que les lumières du stade s’éteignent en cette fin d’année 2021, le hockey a beaucoup de choses à célébrer. Les Jeux olympiques de Tokyo ont pu se tenir malgré des défis […]
We Make
Sport.
S'abonner à la newsletter
arrière

Abonnement au bulletin d'information

When registering for the newsletter, your email address will be processed for our own advertising purposes until you unsubscribe from the newsletter. You can unsubscribe at any time. With consent, the data you provide will be processed by Polytan GmbH for the purpose of sending the newsletter. Information about your right of withdrawal and how we handle your data can be found in our data protection information.

* = Mandatory fields